LÜTHY Oscar Wilhelm (Bern 1882 – 1945 Zürich) CH – Gebüdemalp ob Visperterminen – 1908

0 Commentaire

LÜTHY Oscar Wilhelm (Bern 1882 – 1945 Zürich) CH – Gebüdemalp ob Visperterminen – 1908

Gebüdemalp ob Visperterminen – 1908
Importante huile sur toile, signé et daté en bas à gauche.
L’œuvre montre un berger ramenant son troupeau de moutons dans un crépuscule blanc, duquel se dégage
une atmosphère mystique. Les longues ombres portées renforcent le champ de profondeur du premier plan et
soutiennent le sujet en apportant un effet d’ouverture. La scène est en Valais, à Visperterminen. Provenance:
collection privée, Suisse.
126 x 200 cm.

Prix sur demande / Price on request

Catégories : , ,

Description

Gebüdemalp ob Visperterminen – 1908
Importante huile sur toile, signé et daté en bas à gauche.
L’œuvre montre un berger ramenant son troupeau de moutons dans un crépuscule blanc, duquel se dégage une atmosphère mystique. Les longues ombres portées renforcent le champ de profondeur du premier plan et soutiennent le sujet en apportant un effet d’ouverture. La scène est en Valais, à Visperterminen.
Provenance: collection privée, Suisse. 126 x 200 cm.

C’est lors de sa période Valaisanne que Lüthy peint ce tableau, ainsi que deux autres. L’artiste réinterprète ici le thème déjà traité par Giovanni Segantini, dans son « Triptyque des Alpes » : La Natura (1898), L’Armonie della vita (1897), L’Armonie della morte (1899). Ce tableau constitue la pièce centrale de la trilogie recomposée par Lüthy. Un autre source d’inspiration pour l’artiste se trouve dans un dessin, lui aussi de Segantini, Schafherde im Mondenschein. Le berger faisant paître son troupeau de mouton au clair de lune. Les deux autres œuvres de Lüthy composant son triptyque se trouvent dans le fond de la Fondation Arnaud à Lens (VS).
Littérature : Giovanni Segantini, de Gottardo Segantini, Ed, Rascher, Zürich. Pages : 41, 74-75 planches : 18, 34, 60.
___
Étudiant à l’école d’architecture de Berne, il travaille dans un bureau de construction chez un ingénieur. Dans les premières années, après la fin de siècle il passe à la peinture libre et arrête ses études d’architecture. Il vit occasionnellement de 1903 à 1908 en Valais, accepté dans la communauté avec son ami Hans Beat Wieland. De cette période naissent des œuvres impressionnantes de paysages de montagnes (réf. Lot N°75). Ces dernières sont animées d’une force rappelant Segantini, (réinterprétation de Lüthy du “Triptyque des Alpes”). Il arrive à créer des représentations symboliques, présenté de manière à marquer la division thématique. Après sa période d’établissement en Valais, il étudie chez Hans Lietzmann à Munich. Là il y étudie la Théologie et la Philosophie. Il vit de 1908/09 à Lucerne puis Weggis, où il fonde en 1911 avec les peintres Hans Arp et Walter Helbig, habitant également là, le groupe d’artistes de la “fédération moderne”. Avec Hans Arp et Walter Helbig, Lüthy fonde en 1911 à Weggis le groupe d’artistes avant-gardistes de la “fédération moderne”. De cette façon, il appartient dans ces années aux premiers pionniers dans le développement de l’art moderne en suisse. Lüthy est le principal responsable pour la première exposition de la “fédération moderne” qui a lieu fin 1911 à Lucerne. Ce n’est pas seulement des travaux des membres du groupe qui sont montrés, mais aussi de plus nouveaux artistes de l’étranger, surtout de France, aussi d’Allemagne. À côté des fauvistes et des expressionnistes, des travaux sur le cubisme sont présentés pour la première fois en Suisse (entre autres des Picasso). Lüthy lui-même a abandonné les éléments expressionnistes dans sa peinture et a effectué son changement vers le cubisme. En été 1912 à Zürich, il monte la deuxième exposition de la “fédération moderne” ou ce ne sont plus les Français qui forment maintenant la majorité, mais les peintres au groupe de Munich “les cavaliers bleu”. De 1911 à 1914, séjours à Paris. En 1914 Lüthy vit à Zurich et les environs, à cette époque il effectue des voyages d’études vers l’Italie. Ses principaux points de chute sont Venise, Padua et Florence. Ensuite, en 1918, il participe à des expositions sur l’initiative de Fritz Baumann à Bâle avec une association d’artiste et fondent “la nouvelle vie” qui existera jusqu’en 1920. Lüthy est proche des Dadaïstes de Zurich. En 1920, il signe à Berlin le “Dadaistenmanifest”. Après, il s’approche au surréalisme. En 1928 naît le “cycle de secteur de veille”, dans lequel il utilise aussi les collages et sera inspiré par Kandinsky. Souvent, il peint des thèmes religieux. Il peint de 1941 à 1943 son dernier travail principal, une image d’autel pour l’église du Christ à Zürich-Oerlikon. Oskar Lüthy était exposé, entre autre, au Kunstzürich dans la célébration de la naissance du Dadaïsme à Zurich en 2016.